BEACH SCVM, Punk’s not dead in Toulouse

BEACH SCVM – Surf Punk (FR)

Beach Scvm – Crédit Photo: Marc Bonifacy

BEACH SCVM, les Pop Punks des plages Toulousaines balancent « Sand Club« . Un 5 titres puissant et mélodique surfant la vague du Rock Indé. Mais Si Pool Friends ouvre le bal d’un EP summertime, les trois gars de la ville rose montrent que derrière leurs lunettes noires, les traces du soleil se font rares. Après le tourbillon garage de Rainy Day, la parfaite hymne Indie de Waking Up. C’est finalement Turquoise et Heart Attack qui viennent nous émouvoir désignant des plages parfois loin des cartes postales. Alors on rembobine et on écoute encore se demandant si c’était pas mieux avant. Aucun doute, la Tapes des Beach Scvm est vraiment bien ficelée. A l’occasion de cette petite bombe indé, Jurassic Pop a voulu en savoir un peu plus.

Jurassic Pop (JP): Hello Beach Scvm, dites-moi, est-ce qu’on peut réellement surfer à Toulouse ?

Matteo : Hello Jurassic Pooooop!! Très cool nom déjà!! Hélas on ne peut surfer que le bitume, mais c’est là où je me débrouilles le mieux, sans eau, notre océan c’est la route. 
Lucas : on peut faire du skate …
Maël : moi je surfe dans la Garonne après une grosse soirée au quais de la Daurade

JP: A l’écoute, j’y entend Surf Curse, Los blenders, Beach Goons et autres projets surf/Punk. Y’a t’il une réelle culture du son chez Beach Scvm ou est ce qu’on se branche aux amplis et on voit ce que ça donne ?

Matteo : Carrément, et merci parce qu’on adore ces groupes, vraiment. Culture du son dans le sens vraiment « théorique » ? Si c’est ça, alors non, on compose ce qui nous plait et ce qu’on aimerait entendre en festival sous un soleil de plomb sans trop se soucier de pourquoi telle note.. Mais on ne branche pas non plus la guitare et c’est tout, cependant ça vient toujours du cœur et un peu à l’instinct. Mais c’est pas du freestyle non plus.
Lucas : on a une certaine recette sonore, toujours utiliser une spring reverb sur les guitares. le reste on expérimente au fur et à mesure
Maël : disons qu’il y a toujours une part d’inspiration mais qu’il y a toujours une grosse part d’envie

JP: Votre musique fait souvent référence aux souvenirs de l’enfance, C’est par goût de l’esthétique vintage, c’est plus profond que ça ?

Matteo : Alors, l’esthétique vintage vient habiller le tout, mais principalement parce que perso, je pense que l’enfance c’est l’insouciance, et l’on regarde tous avec nostalgie ces moments là quand on était gamins, où l’on ne pensait pas à l’avenir, toute ces choses nous passaient au dessus de la tête. C’était génial quand on y pense. J’ai vraiment plein de souvenirs heureux de mon enfance, en vacances à la plage, c’est vraiment ce mood qu’on essaye de retranscrire en musique. Ça me tient réellement à cœur. Après elle fait tout autant référence à de bons moment passés aujourd’hui. Ce mood permet de faire une pause dans ce monde qui ne nous laisse pas le temps. 
Lucas : c’est notre aesthetic du quotidien, notre identité, notre mood. Le vintage on adore ca, puis c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupelettes non ?
Maël : l’esthétique vintage c’est carrément notre style, mais c’est aussi plus profond car on a une part de mélancolie pour les bons moments vécus, surtout en ces temps, c’est le moment de se remémorer ses meilleures vacances avec ses proches

JP: Beach Scvm, c’est trois gars dans la bande. (guitare/basse/batterie). On peut noter cependant que plusieurs guitares sont jouées simultanément sur votre EP. Comment ça se passe sur scène dans le choix des arrangements ?

Matteo : Exactement, pour la scène c’est la basse qui fait les mélodies que peut faire la guitare sur la version studio. En live on est plus sur l’énergie, notre côté punk, plutôt que de shoegazer.
Lucas : Sur scène, on va au plus simple et au plus efficace. Puis si on devait avoir un guitariste pour chaque plans, on serait bien 6 ou 7 sur scène …
Maël : ouais on est pas assez bien payés pour embaucher 4 personnes en plus aha

JP: Vous faites échos à maintes reprises à la saison estivale, la plage, les rires et les amis. Cependant vous sortez votre EP en hiver et plusieurs de vos compositions sont mineures, bien plus sombres qu’elles n’y paraissent au premier abord. Beach Scvm ne serait-il pas une façon déguisée d’adoucir un peu la névrose et la morosité des temps actuels ?

Matteo : C’est bien vu! Peut être bien que cet EP oui.. les prochaines chansons sont bien bien moins sombres ça c’est clair. Je penses que tu fais écho à Turquoise, ce titre a été composé à l’île Maurice, un endroit paradisiaque pour moi et ma passion pour la plage, cependant j’ai appris que mon meilleur ami était très malade à ce moment là, donc oui cette chanson est très sombre au final, c’est le contraste de sensations que je voulais montrer.
Lucas : c’est totalement ça! on veut juste faire relativiser les gens sur la vie, leur faire prendre du recul. puis comme dirait stéphane plaza, derrière les nuages les plus noirs, le ciel est toujours bleu
Maël : Mattéo a tout dit

JP: Votre Ep est très cohérent, tant dans l’esthétique que dans la composition. Les chœurs  sont chaleureux, les fender alternent entre réverbe et disto crunch: c’est clairement le crédo de l’indie pop/punk. Est ce que l’on peut être surpris à l’avenir par d’autres horizons artistiques qui viendraient brouiller les pistes ?

Matteo : Merci! Alors brouiller les pistes je ne pense pas, on garde notre univers et notre ligne directrice, après, des sonorités différentes oui, tout en restant dans notre identité, on ne peut que s’améliorer donc on va amener plus de solaire, plus de brillant, plus de ce qu’on aime faire et ça va être top!! 
Lucas : On compte pour le moment garder nos surfs sur la vague indie, peut être dans une paire d’année on fera du zouk ou du jazz, rien n’est impossible (oui j’exagère un peu)
Maël : carrément, on reste dans la ligne directrice mais méfiez vous il reste pleins de surprises futures dans les compositions et l’esthétique des morceaux 

JP: Trêve de bavardage, on se prend un verre, qu’est-ce qu’on commande ?
Matteo : Un mojito allez, à l’eau de mer. Yew!
Lucas : un verre de ricard, avec un peu d’eau.
Maël : un whisky sour avec beaucoup de whisky

JP: Allez !


TO FOLLOW BEACH SCVM
https://beachscvm.bandcamp.com/
https://www.facebook.com/beachscvm/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :