HOORSEES : QUI S’Y FROTTE S’HIPPIQUE !

Hoorsees – Indie Rock – Howlin Banana Records –
Crédit photo: Lucas Martin

Dans la droite lignée de son premier EP Major League of Pain (octobre 2019), le quatuor parisien de Hoorsees revient au triple galop avec son premier album éponyme sorti le 19 février 2021, véritable pépite pop rock au parfum de nostalgie. La bande à Alex Delamard nous entraine dans une folle chevauchée introspective, à la rencontre de « toutes les galères » qui finissent « par nous manquer une fois franchie la porte du monde des adultes », comme le précise un communiqué du groupe.

UNE CHEVAUCHÉE DANS LES NINETIES

Après une intro tom basse / caisse claire (toujours signe que l’on va passer un bon moment), le premier morceau Overdry nous transporte dans un songe mid-fi où défilent les souvenirs d’une adolescence tantôt insouciante, tantôt langoureuse. La magie onirique perdure jusqu’au dernier morceau, Waterfall, habilement introduit par des notes de guitares évoquant des gouttelettes d’eau, qui prennent de l’ampleur et finissent par nous submerger.

Si l’album évoque la jeunesse, la musique, quant à elle, est bien mature, alternant entre des morceaux lumineux comme Instant Tea (énergique à en renverser sa tasse !) et plus ténébreux comme Pitfall, emmenés par la voix saisissante d’Alex rappelant parfois celle de Nick Rattigan de Current Joys. Tous les titres nous plongent dans l’univers nineties avec une certaine virtuosité ; la filiation est d’ailleurs évidente avec des groupes rock de l’époque comme Pavement, voire des références plus shoegaze comme Chapterhouse ou My Bloody Valentine – comme le laisse deviner Youth, la première démo du groupe sortie en 2017, délicieusement lo-fi et un brin plus énervée. 

A CHEVAL SUR LE VISUEL !

Le travail effectué sur le visuel doit également être salué, tant les clips accompagnant l’album paraissent en osmose avec les sensations éveillées par l’écoute. Filmé dans un style VHS qui accentue l’immersion dans les années 90, le clip d’Overdry, tourné au Soleil-Club, restaurant antillais aux faux airs de Macumba Night, montre un concert du groupe dans une salle vidée de ses clients (sans doute une prémonition…), avec des images floutées qui donnent corps à la rêverie. Un concept analogue est appliqué dans le clip de Videogames, où le groupe partage son temps entre une bonne chicha des familles et des parties de Tony Hawk’s Underground sur Playstation 1.

Dans une récente interview, le groupe regrettait l’impossibilité présente d’effectuer des concerts (comme nous les comprenons…), exprimant le sentiment que sortir cet album pendant cette période était comme le « jeter à la poubelle ». Alors, sachons jouer les chiffonniers !

B. F.

Clip de Overdry 

TO FOLLOW

https://www.facebook.com/hoorsees

https://hoorsees.bandcamp.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :